23 juin 2010

Puerto Rico

Point d'excuses de Quartier-Maître. Points de fariboles pathétiques. J'ai été été absent de la toile certes quelques temps mais la vie est si sweeeeet ici que j'en oublie de seconder Guillaume (alias "Rascal"...un callsign qui risque de rester!) pour conter nos folles aventures! Les vols s'enchaînent donc à bon rythme sans se ressembler, le soleil brille toujours au-dessus des nuages et nous continuons d'écumer de nouveaux rivages (ainsi que les breuvages locaux hum!). Aussi laissant à "Rascal" le soin de vous décrire nos aventures pros, j'en profite pour revenir sur nos derniers voyages à travers le pays de Tonton Sam.

   Je_veux_y_retourner_heu

Un des derniers "trips" en date fut ainsi à destination de Porto Rico, merci Dr King pour le day off! A 3h30 d'avion d'Atlanta, l'île est désormais considérée comme une destination locale et un simple permis de conduire américain suffit à s'y rendre. Il faut souligner que le statut particulier de cette Carribéenne en fait la favorite des Américains en mal de vacances exotiques : état non fédéral et libre mais associé aux USA avec un statut de Commonwealth (en gros les Porto-Ricains ne votent pas pour les Présidentielles US, ont tout de même un gouverneur, mais ne sont pas soumis aux lois de l'IRS - le fisc US -, un bien beau statut que voilà!), Porto Rico a bien des atouts pour séduire. Plages de sable fin et cocotiers, swell régulier à l'Ouest, jungle luxuriante à l'Est, des infrastructures et des commerces très américanisés, une vie nocturne dépaysante et authentique, une culture hispanique très ancrée et bien conservée... mais tout le monde parle aussi anglais... bref le paradis du touriste! Son histoire peu commune d'état sous domination espagnole, avant que la guerre hispano-américiane ne fasse passer la petite insulaire aux mains des Yankees, se ressent aussi à travers quelques détails paradoxaux : la signalisation routière notamment (limitations de vitesse en mph) provient des Etats-Unis, mais les distances sont en kilomètres, le système métrique étant en vigueur depuis longtemps sur l'île. Guère pratique!

        San_Juan_2   Perfect_Swell   San_Juan_1

Après avoir découvert les charmes de San Juan dont la vieille ville avec ses forts et ses ruelles pavées abrite musiciens, danseurs, artistes ou encore cuisiniers, nous sommes partis chercher la facilité : le farniente! Au passage nous visitâmes l'observatoire d'Arecibo que les fans de James Bond ou les passionnés d'ufologie connaissent au moins de vue. Le départ nous laissa évidemment un goût d'inachevé (et de rhum bien sûr) et nous fîmes nos adieux aux eaux bleues turquoise de l'île en nous promettant de revenir explorer la partie orientale. Retour à Atlanta, retour à la réalité, on commande de quoi se sustenter : "what canna do fo' u sweetie?" (avec le bon accent du sud comme il faut svp). Ca pique. Comme la jolie moustache naissante que nous arborons désormais fièrement sous nos nez. Mais c'est une autre histoire...

             Arecibo_Goldeneye

Posté par emerand à 16:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Puerto Rico

    les photos de mer bleue turquoise sont alléchantes,mais on brûle de se serrer les côtes en voyant vos portraits mustachus....à quand la rigolade?

    Posté par llobet ln, 04 juillet 2010 à 12:34 | | Répondre
Nouveau commentaire